Une opportunité de réouverture aux habitants

de l’espace et d’une gestion publique et collective du foncier

La réouverture agricole et environnementale envisagée dans le cadre du projet SOLARZAC pourra être faite sans aucun frais de location pour l’usager. Autrement dit, que le terrain reste privé ou devienne propriété publique, seul SOLARZAC s’acquittera d’un loyer au propriétaire, loyer proportionnel à la puissance du parc énergétique installé.

Un objectif: l’ouverture à la libre circulation sur un domaine aujourd’hui fermé

L’objectif premier est de permettre, du nord au sud, une libre circulation des personnes, habitants, riverains, randonneurs… Soit entre les zones de panneaux au sud, soit dans le nord totalement ouvert et réservé à des usages environnementaux cynégétiques. En tout état de cause, l’actuelle clôture sera totalement démontée.

  • La partie sud : En aucune manière la zone photovoltaïque ne sera constituée d’un ensemble foncier unique clos, mais suivant les scénarios, de 2 à 5 ensembles fonciers clôturés à la fois pour la sécurité et pour les troupeaux ovins en élevage extensif à l’intérieur.
    Un ancien chemin napoléonien, figurant dans les anciens cadastres, sera rouvert, toujours sur un axe médian nord sud pour lier les deux parties de la propriété.Un chemin de découverte, permettant une vue d’ensemble du site, tant sur sa zone énergie que naturelle, sera aménagée. Le circuit passera entre autres par le point culminant du domaine actuellement inaccessible, le pic de l’Aramount à 879 m d’altitude, soit 100 m au-dessus du domaine, et une ancienne bergerie à rénover du XVIIe siècle, Les Huttes.
  • La partie nord : Représentant deux tiers du domaine, située pour moitié dans l’Hérault et pour moitié dans le Gard, la partie nord est géographiquement remarquable par son talweg géologique, les sources sèches de la Virenque. Typique d’un ruissellement méditerranéen, l’eau ne coule à la surface qu’après de fortes pluies et disparaît de la surface très rapidement pour couler sous le lit. La partie nord présente aussi la particularité d’un boisement méditerranéen assez dense et assez sauvage, car sans gestion forestière depuis de longues années.Outre le chemin de découverte, une liaison exclusivement piétonne sera réalisée entre le GR71 passant actuellement à l’extérieur nord- ouest du domaine et le GR Tour de Pays du Larzac méridional au sud-ouest en passant par le pic de l’Aramount.La partie nord pourra être réservée aux usages et aux amoureux de la nature : randonneurs, chasseurs, écoliers, vététistes.

    L’organisation de ces usages pourra être confiée à un organisme indépendant : parc régional, CPIE…

    La décision en reviendra au comité de pilotage correspondant.

Un retour à la propriété collective

Le loyer versé par SOLARZAC pourra être utilisé comme ressource financière récurrente permettant à un ensemble de collectivités de se regrouper pour financer l’acquisition des 1 000 ha.

Le remboursement de l’emprunt souscrit par celles-ci auprès, par exemple de la Banque des Territoires, sera assuré par le loyer annuel du projet qui tirera son propre revenu de la vente d’énergies.

Ce type de montage a déjà été réalisé il y a une trentaine d’années par le département de l’Hérault pour acquérir le domaine de Montcalm, reloué ensuite à plusieurs exploitations agricoles.

L’acquisition du domaine de Calmels serait une grande opportunité dans la mesure où les collectivités pourraient s’entendre et se regrouper autour de la Région Occitanie.